Églises éveillées au Togo: la police des cultes sort une dizaine d’ivraies des « vrais »

africatopsuccess.com

Au Togo ces derniers temps, l’on assiste à une floraison des lieux de culte. Si à certains endroits l’on adore vraiment Dieu, à d’autres, tout semble comme du charlatanisme. Le berger est le seul maitre des lieux. L’escroquerie va bon train. La nuisance sonore accompagne les pratiques peu orthodoxes.  Pour assainir le secteur, le gouvernement togolais met en place une police des cultes deux ans après des séries de séances de sensibilisation. Cette unité a fait sa première descente sur le terrain jeudi à Lomé. Ainsi, dix lieux de cultes ont été provisoirement fermés.

Il s’agit de l’Eglise de la seconde venue de Jésus Christ sise à Adjidogomé-Yokoé, la Mission mondiale pour la gloire de Dieu sise à Adjidogomé, le Centre international de prières « Guetscheman » sis à Adjidoadin, l’Eglise « House Hold Kings Church » sise à Togo 2000, l’Eglise « La vie du Christ du monde » sise à Agoè Logopé, l’Eglise « Dieu peut tout » sise à Vakpossito et l’Eglise de toutes les nations, Réseau du Saint Esprit sise à Akodessewa.

« Ces fermetures loin d’être une activité de répression, sont une œuvre de salubrité publique. Elles se poursuivront sur l’ensemble du territoire en vue d’assainir le secteur et soulager les populations qui continuent de souffrir des abus de ces « pasteurs » », a expliqué le Chef d’Escadron Béléyi Bédiani, le directeur des cultes.

L’officier se dit également préoccupé par les agissements des individus ambulants et des responsables des mosquées qui organisent des prêches à des heures inappropriées avec des appareils de sonorisation occasionnant de sérieux désagréments pour les riverains.

De nouvelles descentes sont prévues, écrit le confrère Togobreakingnews.

A souligner que cette action du ministère de l’administration territoriale de la décentralisation et des collectivités locales avec le concours de l’Agence nationale de gestion de l’environnement (ANGE), intervient après plusieurs mises en demeure « sans succès ».