Fleur, artiste musicienne : « Je veux être parmi les meilleurs »

lefaso.ne

Fleur, ou Fleur Ouédraogo à l’état civil, est l’une des valeurs sûres de la musique burkinabè. Du haut de ses 25 ans, elle a déjà un album sur le marché. Elle écume des scènes au plan national et chante l’amour. Révélée au public grâce à des compétitions musicales, Fleur prépare actuellement un nouveau single qui sortira dans les jours à venir. Lefaso.net l’a rencontrée ce jeudi 25 avril 2019. Entretien !

Lefaso.net : Présentez-vous aux lecteurs de Lefaso.net.

Je suis Fleur Ouédraogo à l’état civil. Mon nom d’artiste est Fleur.

Quelque chose vous a certainement poussée à devenir musicienne. Quelle est votre histoire ?

Ça a commencé depuis le ventre de la maman. Depuis tout bébé, quand j’entendais de la musique, je cessais de pleurer. Et mon grand-père me berçait en disant : « Une fleur au chapeau, à la bouche une chanson, un cœur joyeux sincère, et c’est tout ce qu’il faut, à nous autres qui marchons, pour aller au bout de la terre » [Ndlr : chanson scout].

C’était une façon pour lui de me dire que je serai une chanteuse à l’avenir. Tout ce qu’il a prédit sur ses petits-enfants s’est réalisé. Tous ceux à qui il a prédit qu’ils iront vivre à l’étranger, y vivent. Tous ceux à qui il a prédit qu’ils seront sportifs sont aujourd’hui des sportifs et moi chanteuse. Il avait plus ou moins façonné notre destinée.

Chaque musicien a un rythme dans lequel il évolue. Vous, vous semblez être dans un style particulier.

Je chante. Mon rythme peut être appelé de l’afrobeat, un style africain. Au lieu de dire « ambiance facile », je dirais « afrobeat ».

À ce jour, quelle est votre production discographique en termes d’albums ?

Jusqu’aujourd’hui, Fleur n’a qu’un album sur le marché avec quelques featurings. C’est un album de neuf titres avec trois featurings. Un single va sortir dans dix jours [Ndlr : l’entretien a été réalisé le 25 avril 2019].

Avec quels artistes avez-vous fait des featurings et quelle est l’importance du featuring ?

J’ai fait un featuring avec Isca, Imachel, Will Be Black et Malika. Son importance, c’est de se frotter aux publics, de se faire connaître par le public de l’autre artiste.

Comment avez-vous vécu vos premières heures d’artiste musicienne ?

Je les ai vécues plus ou moins sous les projecteurs, parce que moi j’ai fait tellement de compétitions grâce auxquelles on me connaissait avant que je ne devienne artiste. Je dirais qu’on m’a accueillie les bras ouverts. Et c’était assez facile parce que quand j’ai commencé, il y avait plein de choses que je ne connaissais pas et il y en a qui se sont fait le plaisir de me les montrer.